• Accueil
  • > Archives pour septembre 2014

Archive mensuelle de septembre 2014

I can’t decide

Bon. Le texte qui va suivre est peut-être un touuut petit peu étrange. C’est en fait une traduction des paroles d’une chanson. Je vous explique. Il y a une chanson que j’adore qui m’a inspirée un dessin. Que j’ai fait. Ce dessin m’a ensuite donné envie de mettre les mots dessus. J’ai donc traduit et adapté les paroles de la chanson pour en faire un espèce de « Morceau de Vie ». Il faut savoir que le but de ce texte est de laisser au lecteur toute liberté d’imagination sur le ou les personnages (normalement les, mais chacun sa manière de voir la folie, puisque c’est le sujet), l’ambiance, le lieu, les actions etc… Je vais quand même mettre le dessin à la fin, que vous ayez aussi ma vision du personnage principal. Tout le reste est votre imagination. Il faut savoir que c’est une prise de parole en monologue. Je me suis beaucoup inspirée de la tirade de théâtre pour écrire ce texte, et c’est, je pense, plus un texte théâtral que romancier (et c’est aussi son but.). Je tiens à repréciser qu’il s’agit là d’une TRADUCTION et que j’ai essayé de rester le plus fidèle possible au texte original, ce qui explique les petites ambiguïtés dans la pertinence… Mais ça met en exergue (les intéressés comprendront) le fait de vous laisser la plus grande liberté possible quant à la compréhension et l’interprétation du texte. En espérant que ça vous plaise !! Et ne craignez rien si c’est un peu bizarre, j’aime les trucs d’horreur…

Le texte est inspiré de la chanson I Can’t Decide des Scissor Sisters.

   * * *

 

  Tu sais, ce n’est pas facile de passer du bon temps tout seul. Tout n’est que pari. Et il faut satisfaire les parieurs. Mais ça ne se conclue pas en 4 lettres ! Non ! C’est bien plus difficile ! 4 lettres, c’est comme… mort. Ou comme sexe. Oui ! Il faudrait que je te fasse l’amour et que je t’embrasse en même temps ! Oh, c’est une ancienne attention ! Que j’ai fini par oublier… Tellement ancienne que maintenant c’est mort et putréfié dans mon crâne de piaf. Eh ! N’ai pas peur ! Ce soir, je ne serai pas un gangster ! Non, non je ne veux pas être un mauvais type… Je suis juste… Un solitaire, chérie. Et maintenant que tu es passée en travers de mon chemin… Je ne peux pas décider si tu dois vivre ou mourir. Oh, tu iras probablement au Paradis. S’il te plait, ne nous prenons pas la tête ! Ne pleure pas… Ne me demande pas pourquoi mon coeur est mort à l’intérieur. Il est froid, et dur, et pétrifié. Verrouille la porte ! Et ferme les rideaux… Nous partons faire un tour !

  C’est idiot de vouloir convaincre les gens de t’apprécier, puisque l’on ne t’apprécie pas. Quoi ? Tu veux que je lâche ce couteau ? Ah ! Ah ! Oui, si j’arrête maintenant, tu peux me traiter de dégonflé…
  Tu sais, si les mensonges étaient des chats, tu serais une litière.

  Plaire à tout le monde, ce n’est pas pour toi. Tu n’es pas ce genre de personne. Je le vois. Allez, allez viens ! Dansons la gigue jusqu’à ce que je tombe ! Jusqu’à ce que tu tombes… Tu n’as pas la moindre chance : même après dix verres je ne suis pas saoul.

  Je dois bien avouer que tu as joué selon mes règles. J’ai besoin de la vérité pour me tromper. Eh ! Pas maintenant ! T’en pis pour toi. Tu m’as énervé. Non, je ne peux pas décider si tu dois vivre ou mourir ! Je sais que tu iras au Paradis. Je t’ai dit de ne pas pleurer. Allons faire un tour loin des soucis. Vivre ?! Ou mourir ? Oh, je pourrais te jeter dans un lac… ou t’offrir un gâteau d’anniversaire empoisonné ! Sèche tes larmes, j’ai une bonne nouvelle ! Je ne nie pas le fait que tu me manqueras quand tu seras partie. Oh !! Ou alors je pourrais t’enterrer vivante ! 

   Mais tu te glisseras doucement hors de ta tombe et, avec ce couteau, tu me tueras en me voyant dormir… Voilà pourquoi je ne peux pas décider si tu dois vivre ou mourir. Chérie, pleure pas : tu iras au Paradis. Je sais que mon cœur est froid, dur, et pétrifié… Verrouille la porte! Je ferme les rideaux… Allons faire un tour…

 

« I can’t decide, whether you should live or die. Oh, you’ll probably go to Heaven. Please don’t hang your head and cry. No wonder why my heart is dead inside. It’s cold and hard and petrified. Lock the doors and close the blinds… We’re going for a ride… »

Numériser




Littérature: poésies et ses... |
A Book Please |
Quidam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BIBLIOTHEQUE à Céder
| Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un